F.C Amollois : site officiel du club de foot de AMOU - footeo

Monaco - OM : les notes du match

28 août 2017 - 07:15

   

Monaco se souviendra longtemps de cette soirée après avoir écrasé l'OM sur le score de 6-1. L'ASM semble déjà parée au départ prochain de Mbappé vers le PSG. Marseille va lui vivre des jours très chauds d'ici la fin du mercato.



L'OM a subi une véritable déroute à Louis IIL'OM a subi une véritable déroute à Louis II©Maxppp

Pour clôturer cette 4e journée de Ligue 1, le champion de France reçoit l’OM à Louis II. Auteur d’un sans faute en ce début de saison, l’ASM vit actuellement avec les rumeurs de transfert et notamment celui de Mbappé en direction du PSG. Le jeune attaquant effectuait son retour dans le groupe mais il débutait sur le banc, à l’inverse de Fabinho, l’autre joueur sur le départ pour la capitale. Pour le reste, Jardim alignait une équipe classique en 4-4-2 avec Jorge, Lopes, Moutinho et Diakhaby. À Marseille, sans doute traumatisé par les deux roustes de la saison dernière, Rudi Garcia envoyait une équipe très défensive avec cinq défenseurs (Sakai, Doria, Rolando, Hubocan et Amavi) et deux milieux défensifs (Gustavo et Sertic).

Sauf que le béton devait encore être très frais puisqu’au bout d’une grosse minute de jeu seulement, la défense laissait Glik seul au point de penalty ouvrir le score après ce coup-franc de Lemar (1-0, 2e). Une minute plus tard, l’ancien Caennais trouvait Diakhaby dans la profondeur. Sa frappe terminait sur le poteau d’un Mandanda battu (3e). Après ce départ catastrophique, l’OM retrouvait un peu ses esprits et tentait de s’imposer un peu dans le camp adverse mais une nouvelle vague monégasque venait de nouveau tout balayer. Après un joli mouvement collectif, Amavi accrochait Fabinho dans la surface et concédait un penalty. Falcao ne tremblait pas et marquait le but du break (2-0, 20e).

L’OM prend l’eau de toute part

L’OM paraissait dépassé dans tous les secteurs du jeu. La moindre accélération monégasque déstabilisait tout le collectif marseillais et les rares ballons exploitables ne parvenaient jamais dans la zone dangereuse. Résultat, toujours sur coup de pied arrêté, Falcao devançait Sertic pour le but du 3-0 (35e). Glik manquait ensuite une tête immanquable dans les six mètres (44e) mais Diakhaby enfonçait le clou sur un service de Rony Lopes (4-0, 45e). L’arbitre sifflait la pause là-dessus alors que le virage marseillais commençait à manifester son mécontentement. Les deux changements de Garcia à la pause (Cabella et Lopez pour Doria et Amavi) faisaient un peu de bien. L’OM gagnait plus de duels et touchait davantage de ballons. Thauvin s’essayait même à la frappe (51e), tout comme Luiz Gustavo (61e) alors que Subasic restait concentré face à Sanson (58e).

Malgré ce petit temps fort, Marseille allait reprendre l’eau en quelques minutes. La tête de Glik terminait sur le poteau mais Sidibé suivait et marquait à son tour (5-0, 68e). Si Cabella réduisait la marque sur un centre-tir de Thauvin (5-1, 75e), l’ASM obtenait un second penalty après une faute de Sakai sur Jorge. Sorti quelques instants plus tôt, Falcao, le tireur habituel, voyait depuis le banc Fabinho corser l’addition (6-1, 79e). La rencontre déjà pliée depuis un moment, Monaco se contentait de faire circuler le ballon, tout en envoyant quelques flèches devant. En face, Marseille faisait le dos rond et attendait la fin de rencontre. Les prochains jours vont être décisifs à la Commanderie avec la fin du mercato car l’équipe a affiché au grand jour ses limites. Pendant ce temps-là, on oubliait presque que Mbappé n’a pas joué ce soir et qu’il va probablement rejoindre le rival dans la course au titre. Car ce soir, le PSG et l’ASM sont à égalité de points en tête du championnat.

Le live de la rencontre ici.

Retrouvez le classement de Ligue 1.

L’homme du match : Glik (9) : un match royal. L’international polonais a inscrit son dixième but dans sa carrière monégasque, reprenant d’une volée imparable le coup-franc de Lemar (2e). Vigilant défensivement, avec des dégagements importants (19e, 43e). Averti (28e) pour avoir stoppé une contre-attaque dangereuse. Malgré le score, il n’a pas baissé le pied dans le second acte, stoppant des actions marseillaises (46e, 48e, 74e). Et offensivement, il s’est encore amusé sur un corner monégasque, avec sa tête qui a frappé le poteau avant de retomber pour Sidibé qui marque (68e).

Monaco :

- Subašić (6) : le gardien croate a vécu une première période calme, devant juste s’employer sur un coup-franc marseillais dévié par la tête de Falcao (12e). Un peu plus occupé dans le second acte. Impeccable dans les airs (47e), auteur d’un arrêt solide sur une frappe de Sanson (58e) et sorti intelligemment devant Thauvin (61e). Il doit s’incliner sur une frappe de près de Cabella (75e).

- Sidibé (6,5) : l’international français s’est peu illustré en première période car les ballons sont surtout passés du côté de Jorge. Il est battu par les dribbles de Hubocan (18e), sans conséquence. Il a mené quelques contres monégasques entre le 2-0 et le 4-0. Il a mieux combiné avec Lopes en seconde période, mais a failli coûté un but à son équipe avec une mauvaise remise pour Germain (58e). Il s’est invité à la fête en trompant Mandanda d’une tête croisée (68e). Absent en revanche sur la réduction marseillaise (75e). Un match irrégulier mais néanmoins solide, il est remplacé par Touré (80e), qui a joué sans pression.

- Glik (9) : voir ci-dessus.

- Jemerson (6,5) : il a bien contenu Germain en première période (comme à la 13e). Aidé par un Glik des grands soirs, le Brésilien n’a pas eu vraiment le temps de paniquer, restant concentré quand il le fallait. Une seconde période à l’image de la première, même s’il est un peu paresseux sur la réduction du score de Cabella (75e).

- Jorge (7,5) : le Brésilien s’est tout de suite mis en évidence avec une faute obtenue dès la trentième seconde, amenant l’ouverture du score (2e). Beaucoup de ballons sont passés sur son couloir dans le premier acte. Ses centres ont été bien dosés et il a provoqué d’autres fautes marseillaises, comme celle de Sakai amenant le deuxième penalty et sixième but marseillais (79e). Un match de haut standing.

- Lopes (8,5) : l’international portugais espoirs s’est montré dangereux dans le premier acte, rôdant là où il le fallait. Il est mêlé à l’action du penalty (19e). Il a privilégié le jeu en une touche de balle, perdant donc parfois des ballons, mais faisant travailler sans cesse les défenseurs de l’OM. Il a terminé son premier acte avec deux accélérations foudroyantes, la première stoppée par une faute de Hubočan (43e), la deuxième amenant le but de Diakhaby (45e). Auteur de trois nouvelles percées individuelles au retour des vestiaires (50e, 53e, 67e) où il a rendu fou Hubočan. Aurait mérité de maquer ce soir, et a failli le faire en fin de rencontre sur une frappe non cadrée (85e).

- Moutinho (7,5) : toujours difficile de noter l’international portugais, car il semble se cacher sur le terrain. Ce qui est faux, car il a encore fait du très bon travail, remontant avec autorité les ballons et faisant le lien entre la défense et l’attaque. C’est lui a frappé le coup-franc amenant le troisième but marseillais (35e). Comme ses coéquipiers, une deuxième mi-temps reposante durant laquelle il a bien contrôlé le milieu de terrain.

- Fabinho (8,5) : solide comme à son habitude, il a récupéré de nombreux ballons dans le premier acte (6e, 14e) et a obtenu le penalty monégasque (19e) après avoir été déséquilibré par Amavi. Le plus agressif des Monégasques en seconde période, avec des bonnes récupérations. Sévèrement averti (56e), le Brésilien a aussi eu le droit de marquer son but, transformant le deuxième penalty monégasque (79e). Un match cinq étoiles, le PSG doit se mordre les doigts...

- Lemar (8) : quel début de match pour celui qui a tant attiré Arsenal cet été. C’est lui qui a distillé un coup-franc parfait pour la tête de Glik qui a ouvert le score (2e). Juste après, il a lancé en profondeur Diakhaby qui a loupé de peu son face-à-face (3e). Ses prises de balles et accélérations ont donné le tournis aux Marseillais, on retient notamment ce petit pont (19e) juste avant le penalty obtenu par Fabinho. Une première période grandiose. Il s’est permis de tenter sa chance d’une demi-volée osée au retour des vestiaires (49e), puis a enrhumé le milieu marseillais d’un dribble magistral (50e). Il s’est amusé ce soir, étalant toute sa classe.

- Falcao (8) : une première mi-temps de gladiateur. Le Colombien a trouvé des espaces dans la défense marseillaise (16e), mais a plutôt mal négocié ses ballons offensifs au début du match. Il a compensé par un travail défensif impeccable, comme en témoigne sa bonne récupération (19e), à l’origine de l’action du penalty, qu’il a transformé lui-même (20e). Insoutenable pour la défense marseillaise, il a planté sa tête (35e) pour doubler la mise sur un autre coup-franc. Toujours aussi pesant pour ses adversaires dans le second acte (53e), il est sorti sous les applaudissements et est remplacé par Carrillo (77e) qui n’est pas loin d’envoyer Monaco au septième ciel sur un centre de Lopes (89e).

- Diakhaby (7,5) : la nouvelle recrue a failli débloquer son compteur pour Monaco (3e), mais a échoué de peu face à Mandanda qui a dévié sa frappe sur le poteau. Très dynamique en première période, l’international espoirs de 21 ans a été récompensé par une passe (ou plutôt tête) décisive sur le but de Falcao (34e), et par son premier but pour l’ASM où il a tendu la jambe pour battre Mandanda de près après un excellent travail de Lopes. Bon également dans le jeu collectif, comme sur cette remise tranquille pour Lemar (50e). Après un très bon match, il est remplacé par Tielemans (62e), qui a participé à la fête sans se montrer décisif.

OM :

- Mandanda (3) : pris à froid sur le but de Glik (2e), le portier voit ensuite la frappe de Diakhaby, qu’il dévie légèrement, s’écraser sur son poteau (3e). Pris ensuite à contre-pied sur le penalty (20e), il ne peut qu’effleurer le ballon sur le second but de Falcao (35e) et constate les dégâts sur la réalisation à bout portant de Diakhaby (45e). De nouveau parti du mauvais côté face à Fabinho (79e). Résultat, ça fait six buts encaissés pour quasiment aucun arrêt décisif.

- Sakai (2) : forcément le Japonais a une note terrible, comme l’ensemble de ses partenaires… Assez offensif malgré tout, il n’a pas été bien servi pour apporter mais c’est surtout sur le travail défensif qu’il a montré de terribles lacunes. Jamais dans la bonne distance de marquage, il est en retard sur trois buts, cause le second penalty (79e) et a souffert tout le match face à Lemar.

- Doria (2) : titulaire surprise dans cette défense renforcée, le jeune brésilien a vécu un véritable calvaire. Complètement dépassé sur les accélérations monégasques, il est responsable sur la plupart des buts encaissés. Il lâche notamment son joueur sur le but de Glik (2e), le premier mais la suite sera tout aussi terrible. Il est complètement enrhumé par Rony Lopes sur le but de Diakhaby (45e). Remplacé à la pause par Lopez (4,5) qui n’est pas parvenu à infléchir la physionomie du match. Quelques passes dans les intervalles bien senties mais c’est à peu près tout. Pour le reste, il a subi face à l’entrejeu adverse.

- Rolando (2) : capitaine du soir, ça ne lui aura pas porté chance. Lui aussi est fautif lors de l’ouverture du score de Glik (2e) en laissant son joueur tout seul. Toujours aussi peu rassurant la suite du match comme lors de ce duel face à Diakhaby (27e), les déplacements de Falcao l’ont fait souffrir. D’ailleurs, il n’a jamais trouvé le bon positionnement dans cette défense remodelée.

- Hubocan (1,5) : peut-être le maillon le plus faible d’une défense dépassée. On aurait dit la Nouvelle-Orléans après un passage de cyclone. Aligné à gauche de la base arrière, on a immédiatement senti que ça n’allait pas être son soir. Les Monégasques se sont amusés avec lui comme Rony Lopes sur le but de Diakhaby (45e) ou en seconde mi-temps sur ce petit pont (50e) puis ces accélérations (54e, 65e), et Sidibé (72e). Averti (43e).

- Amavi (2,5) : aligné couloir gauche dans une position hybride entre la défense, le milieu et même l’attaque, l’ancien Niçois a vécu une soirée terrible. Toujours en difficulté dans son couloir, il n’a jamais réussi à s’exprimer avant de sombrer. C’est notamment lui qui déséquilibre Fabinho dans la surface (19e) ou qui commet une nouvelle faute pour un coup-franc dangereux (44e). Remplacé par Cabella (5,5) à la pause qui a de suite donné un peu de vitesse et de technique au jeu offensif de l’OM. Son apport a fait du bien à son équipe et il a même marqué (75e) alors qu’il jouait probablement ses dernières minutes avec elle.

- Sanson (3,5) : averti dès la 4e minute de jeu, l’ancien Montpellierain s’est épuisé à courir dans le vide. Lui qui doit être capable de lancer des phases de jeu et de se projeter, il n’a touché que 39 ballons. Il a donné de meilleurs signes en seconde période avec un peu plus de soutien en faveur de ses défenseurs et une faculté à plus se montrer devant. C’est lui qui offre la première cadrée à son équipe (58e). Remplacé par Zambo (77e).

- Gustavo (2,5) : précieux en ce début de saison, l’international auriverde a beaucoup subi ce soir. Lui aussi s’est fait balader par l’entrejeu monégasque et n’a pas su protéger l’axe de la défense. Averti pour une grosse faute sur Fabinho (34e), qui offrait le coup-franc du doublé à Falcao, il sera suspendu pour le match face à Rennes. Même une fois le ballon dans les pieds, il n’a pas eu le rendement souhaité.

- Sertic (4) : on se demande toujours à quel poste il évoluait ce soir. Perdu entre la défense, le milieu et parfois le côté droit, il a pris l’eau mais à la différence de ses partenaires de derrière, il a eu le mérite de ne pas abdiquer et de reporter la plupart de ses duels. Manque de chance, l’un des seuls qu’il perd, c’est sur le second but de Falcao (35e). Paradoxalement, il pourrait avoir marqué des points pour la suite.

- Thauvin (4,5) : c’est lui qui inaugure la soirée cauchemar en commettant la faute sur Jorge qui offre l’ouverture du score (1e). Face aux vagues incessantes, il a dû effectuer pas mal d’efforts défensifs, laissant Germain seul devant mais il aura été le principal danger pour l’ASM. Auteur de deux bonnes frappes hors cadre (41e, 51e), il est aussi passeur décisif pour Cabella (75e).

- Germain (3) : dur retour à Louis II pour celui qui a quitté Monaco il y a seulement quelques semaines. Isolé devant, il n’a quasiment pas eu de ballons exploitables dans la zone de vérité. Il a essayé de conserver quelques ballons pour faire remonter son bloc mais sans réussite. Quelques actions bien senties tout de même seulement, il n’a pas pesé face à l’axe Glik-Jemerson.

Commentaires

AGENDA DE LA SEMAINE AU FC AMOLLOIS