F.C Amollois : site officiel du club de foot de AMOU - footeo

OM - Rennes : les notes du match

11 septembre 2017 - 07:13

   

Battu sèchement au Vélodrome par Rennes 3-1, l'OM entre déjà dans une situation de crise après 5 journées. Ce soir, les Marseillais ont été dépassés dans tous les secteurs de jeu. Après ce nouveau fiasco, la pression s'accentue sur les épaules de Rudi Garcia.



Les Rennais ont mis une énorme claque à l'OM au Vélodrome ce soirLes Rennais ont mis une énorme claque à l'OM au Vélodrome ce soir©Maxppp

C’était déjà un match de la peur autant pour l’OM que pour le Stade Rennais. Fessés à Louis II il y a deux semaines, les Olympiens n’avaient pas vraiment le droit à l’erreur ce soir au Vélodrome en clôture de cette 5e journée de Ligue 1. Sous pression, discuté par les supporters et en froid avec Zubizarreta, Rudi Garcia devait rectifier le tir. Il en profitait ce soir pour faire confiance à la dernière recrue défensive du mercato, Aymen Abdennour, qui était titulaire ce soir en compagnie d’Adil Rami. En l’absence de Luiz Gustavo au milieu, c’est Sertic qui occupait le rôle de sentinelle devant la défense alors que Payet et Evra faisaient la paire dans le couloir gauche. Gourcuff aussi est contesté et avait la pression sur ses épaules. Il repartait avec son 4-4-2 et alignait d’entrée Khazri, sa dernière recrue offensive.

La nouvelle arme rennaise ne tardait pas à faire parler la poudre. Sarr déposait littéralement Abdennour sur le côté droit et trouvait la talonnade de Khazri qui faisait mouche (0-1, 2e). Une superbe réalisation qui en appelait une autre rapidement. Face à la passivité et au manque d’agressivité des Marseillais, Bourigeaud profitait des espaces pour tromper à son tour Mandanda avec une grosse frappe de 25 mètres (0-2, 10e). Il n’en fallait pas moins pour entendre la colère du Vélodrome. L’OM n’y était pas en ce début de match, c’est un euphémisme. Tous les duels étaient remportés par les Rennais alors que les cartons s’enchaînaient côté marseillais (Sanson, Evra, Rami) durant la première demi-heure. Un coup-franc dangereux de Bourigeaud mettait fin au temps fort breton (27e).

L’OM dépassé par le Stade Rennais

Car toujours en difficulté, l’OM redressait un peu la barre durant le dernier quart d’heure de la première période. Un changement de Sakai par Sarr plus tard, Payet plaçait Germain sur orbite mais l’attaquant perdait son duel face à Koubek (35e). Dans la foulée, c’est un ballon un peu long de Lopez qui échappait à Thauvin dans la surface (36e). Le portier rennais sortait ensuite une tête sous la barre de Sertic (43e). La pause allait faire du bien aux hommes de Garcia malgré l’énorme bronca du Vélodrome au coup de sifflet de l’arbitre. Le discours du coach marseillais à la pause n’y changera rien. Le scénario restait le même mais Rennes tardait à se mettre à l’abri. La faute à un manque de lucidité et de réalisme dans la zone de vérité. Khazri se jouait de Rami avant de tirer sur le poteau en angle fermé (51e).

A son tour, Sarr manquait une belle opportunité avec une frappe qui terminait sa course directement dans les bras de Mandanda (55e) alors que Khazri s’écroulait de fatigue après sa reprise manquée sur ce centre de Bourigeaud (57e). A force de gâcher, les Bretons allaient peut-être le regretter mais ils pouvaient compter sur la compréhension de Patrice Evra, lequel commettait une faute inutile aux abords de la surface. Bourigeaud voyait le déplacement de Gnagnon au premier poteau, qui prenait de vitesse Abdennour, pour alourdir la marque (0-3, 70e). La messe était dite et les malheurs s’accumulaient puisque le défenseur tunisien se blessait à la cuisse sur le but. Marseille se sauvait un petit peu la face en fin de rencontre. Après les échecs de Thauvin (73e, 74e) et de Sanson (77e), l’ancien Montpellierain marquait d’une frappe croisée (1-3, 87e) alors que Mubele ratait son penalty (90e+1). L’important est ailleurs car l’OM est dans l’œil du cyclone avec cette nouvelle cuisante défaite.

Le film de la rencontre à revivre sur notre live.

Le classement de Ligue 1 ici.

L’homme du match : Sarr (8) : un match étincelant. L’international sénégalais s’est tout de suite mis en évidence, débordant facilement Abdennour avant de centrer à ras de terre pour Khazri qui allait ouvrir le score (2e). Et comme le buteur, il a poursuivi sur sa bonne lancée avec des accélérations qui ont fait mal aux Marseillais (14e, 26e, 35e). Il a encore humilié Abdennour au retour des vestiaires (46e) mais son centre dans la surface n’a pas trouvé preneur. On note aussi une frappe cadrée (56e). Il aurait mérité de marquer ce soir.

OM :

- Mandanda (4) : cueilli à froid sur le superbe geste de Khazri (2e), il est un peu court sur la lourde frappe de Bourigeaud (10e). Sauvé ensuite par son poteau sur la nouvelle tentative de Khazri (51e), le portier garde bien sa cage sur la frappe de Sarr (55e) mais il doit de nouveau s’incliner sans pouvoir y faire quelques choses sur le troisième but rennais signé Gnagnon (70e). Mubele frappe au-dessus sur son penalty (90e+1).

- Sakai (non-noté) : le Japonais tenait bien la route dans ce match. Certes, la vitesse de Mubele l’a mis en difficulté tout comme la technique de Khazri mais il parvenait à défendre son couloir correctement. Loin d’être dans le faux, il a été victime des choix de Garcia à 0-2 et a été remplacé par Bouna Sarr (4,5) dès la 38e sans vraiment comprendre pourquoi. Son remplaçant, pas un latéral de métier, a eu du mal. Il coupe bien cette transmission de Khazri vers Sarr (42e) mais globalement il n’a pas fait mieux que son prédécesseur. Il a néanmoins pu répondre de la vitesse de Mubele mais c’était bien faible tout de même.

- Rami (3,5) : une première faute après 15 secondes, puis devancé par Khazri sur l’ouverture du score (2e), c’est peu de dire que son début de match est mauvais. Il se remet dedans avec une intervention décisive de la tête (24e) et un contre devant Mubele (40e). Mais averti pour une faute en position de dernier défenseur (29e), l’ancien de Valence a lui aussi connu une soirée très compliquée face à la vitesse et au jeu direct des Rennais.

- Abdennour (2) : il aura fallu attendre la 2e minute de jeu pour voir la dernière recrue défensive de l’OM se faire déposer par Sarr. Il est de nouveau pris par la vitesse de Khazri (23e) alors qu’il est toujours dans le dur mais cette fois-ci au niveau de la relance (28e). Pour son premier match au Vélodrome le Tunisien a fini par sombrer, à l’image de son équipe. Il a pris de nouveau des vents de la part de Sarr (46e) avant de prendre un jaune (61e) puis d’être battu au duel par Gnagnon sur le but du 3-0 (70e). Pour finir, sa première cauchemardesque, il a cédé sa place car blessé à la cuisse à Rolando (71e) qui a eu le temps de concéder un penalty (90e).

- Evra (2) : titulaire ce soir à la place d’Amavi, on est encore en train de se demander ce qu’il s’est passé dans sa tête sur le but de Bourigeaud. En retard et mal positionné, il ne cherche même pas à gêner le milieu rennais (10e) et le regarde tirer. Averti bêtement (27e), il a aussi perdu pas mal de ballons (28e) et n’a absolument rien apporté sur le côté gauche pour soutenir les attaques. Son placement est toujours aussi douteux (46e) en plus d’une nouvelle faute qui offre le coup-franc décisif à Gnagnon (70e).

- Lopez (3) : que ce fut dur pour lui aussi ce soir. Baladé sur le terrain sans savoir où se placer, il a couru dans le vide la plupart du temps. Il s’est épuisé et n’a pas été au rendez-vous techniquement. Un ballon trop long pour Thauvin (36e) alors qu’une occasion de but se présentait. Il échappe aussi de peu à la correctionnelle après une faute non sifflée sur Mubele (41e) aux abords de la surface. Le minot ne s’est pas repris en seconde en seconde période entre un bon centre pour Thauvin (47e) mais beaucoup de ballons et de duels perdus (49e, 55e). Remplacé par Zambo-Anguissa (58e) qui malgré son physique bien plus costaud n’a eu un gros impact sur la seconde période.

- Sertic (3) : une nouvelle fois aligné dans le onze de départ après la débâcle monégasque, on l’a senti un peu perdu à ce poste de sentinelle. Pas dans son match, il a manqué d’agressivité et son positionnement a posé question puisqu’il est trop souvent redescendu au niveau des deux centraux. Pas bon dans les lancements de jeu, il commet une faute largement évitable devant sa surface (25e). Lui aussi a perdu la majorité de ses duels et fut trop lent dans l’exécution. Il a fini avec un carton (88e).

- Sanson (4) : averti rapidement dans cette rencontre (14e), il a mal démarré avec des problèmes d’impact. Pas dans le ton, il a laissé les Rennais lui marcher dessus. L’ancien Montpellierain n’a pas réussi à se sortir du pressing adverse et a perdu de très nombreux ballons. Forcément son influence sur le jeu s’en est ressentie. Il a fini par abuser du jeu long car dans les petits espaces, il n’était pas au point. Le milieu de terrain loupe enfin un duel face à Koubek (78e) mais il finit par marquer (87e).

- Thauvin (3,5) : difficile de pointer sa prestation du doigt tellement l’ensemble de l’équipe a été plus bas que tout. Mais, on attend d’un des joueurs phares de l’équipe un peu plus que les autres. Il n’a presque jamais fait de différences devant, parfaitement cadenassé par le duo Sarr-Baal. Trop court pour récupérer une offrande de Lopez (35e), il rate étonnement une belle tête alors qu’il se trouvait en position idéale (47e) et Sanson ne convertit pas son bon centre (78e). Décevant car même défensivement, il s’est limité à quelques efforts.

- Germain (3) : très seul devant, il a vécu un match terriblement frustrant. Isolé par la paire diablement efficace Gnagnon-Nyamsi, l’ancien Monégasque a passé son temps à courir pour libérer des espaces ou jouer en remise. Sans succès, il n’a pas pesé. Face au but non plus il n’a pas été en réussite. Il perd son duel face à Koubek (35e) et est repris in-extremis par Gnagnon (73e) et c’est à peu près tout. Entre Monaco et l’OM, on espère qu’il s’est mouillé la nuque avant son transfert cet été.

- Payet (4) : lui aussi n’a pas été au rendez-vous ce soir même s’il n’est pas le plus à incriminer. Face aux largesses défensives de son équipe, il est venu donner un coup de main mais ça n’était pas très efficace. Inexistant offensivement, il n’a absolument pas pris le jeu de son équipe à son compte à part cette belle de but pour Germain (35e). Avec tant de duels perdus et des ballons qui ne sont jamais arrivés à destination, le capitaine a vécu une soirée très compliquée même s’il offre une passe décisive pour Sanson (87e).

Rennes :

- Koubek (7) : c’est simple : le gardien tchèque n’a rien eu à faire jusqu’au face-à-face remporté face à Germain (35e) où il a bien fermé l’angle. Un arrêt facile ensuite sur une frappe de Sertic (42e). Une première période où il a pu admirer la grande performance des siens, et les déboires de l’OM. Une seconde période bien calme aussi. On note un arrêt, solide, sur une frappe de Sanson (78e), ce dernier trouvera la faille en fin de rencontre (87e). Aucune erreur ce soir, et décisif à deux reprises.

- Traoré (6,5) : une première période facile. Il a profité de la faiblesse des attaquants et du laxisme des défenseurs de l’OM pour s’aventurer en attaque. Il s’est même invité dans la surface marseillaise (34e) où il s’est lui-même crée une demi-occasion. Quasiment jamais débordé défensivement. Une seconde période plutôt tranquille, vigilant sur les rares offensives marseillaises.

- Nyamsi (7,5) : bien aidé par un Gnagnon des grands soirs, il est resté vigilant dans le premier acte. Le jeune français de 20 ans a doublé de concentration au retour des vestiaires avec du bon travail défensif (48e, 49e, 63e). Il se souviendra longtemps de son premier match en Ligue 1.

- Gnagnon (8) : solide comme un roc ce soir, il a désespéré des attaquants marseillais en manque d’inspiration avec plusieurs interventions importantes (5e, 20e, 42e, 47e, 50e, 73e). Passif seulement sur le coup-franc vite joué par Payet qui a lancé Germain (35e) et sur le but tardif de Sanson (87e). Une seconde période de grande classe sinon, il s’est même invité à la fête en reprenant du plat du pied un coup-franc de Bourigeaud (70e). Magistral.

- Baal (5) : une première période correcte. Quasiment jamais débordé, il a joué juste tactiquement et techniquement. Un peu plus en difficulté au début du second acte, pris de vitesse à quelques reprises sans grave conséquence. Sûrement le moins brillant des siens ce soir.

- Bourigeaud (8) : comme Khazri, il a trouvé la gloire sur l’un de ses premiers ballons : une frappe sèche des vingt-cinq mètres qui a trompé Mandanda (10e). A failli doubler la mise sur un coup-franc (27e) qui a effleuré la transversale. Il s’est également fait plaisir en seconde période, souvent bien décalé par un grand Sarr. Une belle partition, il s’est aussi distingué en bottant des coups de pieds arrêtés dangereux, dont celui qui a amené le but de Gnagnon (70e).

- Prcic (7) : des passes bien dosées, un jeu calme et intelligent, l’international bosnien peut être satisfait de sa première période. Du copier-coller dans la seconde, il a respecté à la lettre ce que l’on demande à un footballeur professionnel (contrairement à plusieurs Marseillais...).

- André (7,5) : le capitaine s’est montré serein au cœur du jeu dans le premier acte, mettant la pression sur les milieux marseillais et trouvant les attaquants rennais avec des passes simples et précises. À l’aise aussi en seconde période, il peut rentrer en Bretagne la tête haute. Remplacé par Lea-Siliki (87e), qui a obtenu un penalty - généreux - pour Rennes (90e).

- Mubele (5,5) : l’international congolais a fait parler sa vitesse dès l’entame de match (faute obtenue à la 1ère minute) et a trouvé ses repères dans son côté gauche. Il a pêché dans le dernier geste, se précipitant sur de nombreuses bonnes situations (18e, 29e, 40e). Un peu plus discret dans le second acte, car le danger est surtout passé de l’autre côté. Il a manqué son penalty dans les tréfonds du temps additionnel (90e+2). Ses nombreux mauvais choix ternissent un peu sa partie.

- Khazri (7,5) : pour son premier ballon touché, le Franco-Tunisien pouvait difficilement faire plus beau. Il a repris le centre de Sarr d’une talonnade admirable qui a trompé Mandanda (2e). Il s’est amusé des défenseurs marseillais au cours d’une excellente première période. Toujours aussi facile au retour des vestiaires, il a vu sa frappe échouer sur le poteau (51e). Après avoir encore écœuré la défense de l’OM par ses dribbles. Victime de crampes, il a cédé sa place à l’heure de jeu après un match cinq étoiles (avec notamment cinq dribbles réussis sur cinq). Son remplaçant, Maouassa 60e, s’est montré moins influent.

- Sarr (8) : voir ci-dessus.

Commentaires

AGENDA DE LA SEMAINE AU FC AMOLLOIS