F.C Amollois : site officiel du club de foot de AMOU - footeo

LOSC - OM : les notes du match

30 octobre 2017 - 07:15

Après un but précoce de Sanson, l'OM a résisté grâce à un bon Mandanda et remporte un succès très compliqué 1-0 face à un LOSC en net progrès. Steve Mandanda a sauvé l'OM à plusieurs reprisesSteve Mandanda a sauvé l'OM à plusieurs reprises©Maxppp

Après le Classico, l’OM disputait le "Bielsico" ce soir à Lille. Auteur d’un début de saison très décevant avec seulement une victoire en neuf matches (la rencontre face à Amiens a été interrompue, ndlr) et 6 petits buts marqués, le LOSC occupait la 19e place au coup d’envoi. Marcelo Bielsa est attendu au tournant. Face à son ancien club, où il est toujours une idole chez les supporters, il alignait un 4-2-3-1 avec les deux Thiago (Maia et Mendes) devant la défense et une ligne El Ghazi-Benzia-Luiz Araujo en soutien de Pépé, seul en pointe. En face, l’OM voulait confirmer le bon nul obtenu face au PSG il y a une semaine. Rudi Garcia faisait confiance au même onze à deux exceptions près. Payet, malade, et Amavi, suspendu, laissaient leur place à Sanson et Evra, qui portait le brassard.

Et comme au Vélodrome, les Marseillais prenaient immédiatement l’ascendant dans cette rencontre à la faveur d’un engagent de tous les instants. Face à une formation en manque de confiance et de repères, il ne suffisait que d’une attaque côté gauche pour déjà débloquer la situation. Après avoir obtenu une faute, Thauvin trouvait Sanson au point de penalty sur coup-franc pour l’ouverture du score (0-1, 6e). Après un quart d’heure de domination, Marseille baissait le pied et s’arrêtait presque de jouer. Le LOSC en profitait et se rapprochait toujours un peu plus de la cage de Mandanda. Le gardien sauvait d’ailleurs son camp à plusieurs reprises face à El Ghazi (23e, 27e, 45e), Pépé (30e) et Amadou (40e).

Luiz Gustavo sauve l’OM à la dernière seconde

Les Lillois faisaient bien mieux circuler le ballon et s’imposaient physiquement. Evra, déjà sous le coup d’un second avertissement, avait beaucoup de mal à tenir son couloir tout comme Sakai. Au milieu, la paire Luiz Gustavo-Anguissa se retrouvait dépassée dans les duels et souvent en retard, ce qui offrait pas mal d’écarts entre les lignes. Mais malgré les difficultés du moment, l’OM tenait le score à la pause. Pourtant bien en place, Bielsa remplaçait tout de même le quelconque Luiz Araujo pour Bahlouli. L’ancien Monégasque faisait du bien côté droit. C’est lui qui obtenait un coup-franc dangereux dont le tir dévié passait de peu à côté (52e) alors que Rami avait déjà contré une frappe qui prenait le chemin du but d’El Ghazi (48e).

Garcia répondait par l’entrée en jeu de Germain à la place de Mitroglou dont la performance fut une nouvelle fois compliquée. L’attaquant offrait davantage de mobilité de solutions. Il se procurait même une énorme occasion mais ne parvenait pas à cadrer (65e). Les débats s’équilibraient en seconde période mais Lille poussait en fin de rencontre. Mandanda est tout heureux de voir le ballon lui revenir après cette percée de Thiago Mendes (75e). Le jeune Kamara, entré en jeu quelques instants plus tôt, frôlait la correctionnelle en voulant remiser pour Mandanda (82e). À l’inverse, Luiz Gustavo faisait briller Maignan (90e) et Abdennour contrait la frappe de Ponce (90e+2). Sur le corner, Luiz Gustavo sauvait sur sa ligne une tête de Maia (90e+3). Un geste qui vaut trois points puisque l’OM reporte ce succès très compliqué. Lille ne décolle pas mais a affiché un niveau de jeu encore rarement vu cette saison.

Revivez le live de la rencontre.

Le classement de la Ligue 1.

L’homme du match : Mandanda (7,5) : malgré un jeu au pied qui a péché avec des relances en touche ou dans les pieds adverses (18e, 21e, 26e), il a sauvé son camp à plusieurs reprises. Après un bon arrêt du pied face à El Ghazi (23e), il est un peu moins inspiré sur cette lourde frappe de l’ancien joueur de l’Ajax (27e) mais il est à nouveau brillant sur la tentative de Pépé (30e) et d’El Ghazi (45e). Moins mis à contribution en seconde période, il est tout heureux de voir le ballon lui revenir après ce raid de Mendes (75e) et sauve son jeune camarade Kamara sur cette passe mal assurée (82e). C’est Luiz Gustavo qui le supplée sur sa ligne (90e+3).

LOSC :

- Maignan (5,5) : il s’est incliné dès la sixième minute sur une frappe puissante (bien qu’assez centrale) de Sanson. Il n’a pas eu grand-chose à faire jusqu’à la mi-temps, à part capter quelques ballons dans les airs (32e, 42e). Une seconde période tranquille, l’OM n’ayant cadré qu’une seule frappe, celle de Gustavo stoppée aisément par le jeune Guyanais (90e+1).

- Ié (4,5) : quasi invisible en première période pour deux raisons : l’OM attaquait surtout de l’autre côté, et lorsque Lille combinait sur son côté, le joueur passé par le FC Barcelone n’était que rarement dans les coups. Plus en vue offensivement au retour des vestiaires, et concentré défensivement (bien qu’averti à la 68e), il aura fait le minimum syndical ce soir.

- Amadou (5,5) : passif sur l’ouverture du score marseillaise, il ne s’est visiblement pas bien entendu avec Ballo-Touré pour savoir qui devait marquer Sanson (6e). Il a sinon fait son travail correctement, aidé aussi par le manque d’inspiration de l’OM ce soir. Il s’est aussi illustré offensivement, avec deux têtes (41e, 52e) pas loin de faire mouche. Remplacé par Ponce (60e) dans un choix tactique. L’Argentin, prêté par l’AS Roma, a failli profiter d’une boulette de Kamara, mais s’est vu devancer de justesse par Mandanda (82e). Une autre occasion en or s’est présentée à lui dans le temps additionnel, mais sa frappe a été contrée de justesse (90e+3).

- Alonso (6,5) : le défenseur le plus rassurant des Dogues, il n’a commis aucune erreur notable, et a dégagé plusieurs ballons chauds (29e, 39e, 55e, 76e). Un match professionnel... mais un match perdu. Encore.

- Ballo-Touré (3) : un début de match chaotique. En souffrance face à Thauvin, il a commis une faute sur ce dernier à la limite de la surface (6e). Sur le coup franc, il lâche le marquage sur Sanson qui marque (6e). Il s’est bien repris, surtout offensivement, où il a trouvé Pépé dans la surface (30e). Mais Thauvin lui a encore fait mal au retour des vestiaires, et le joueur formé au PSG a disparu des radars offensivement.

- Maia (5) : de retour à son traditionnel poste, le Brésilien n’a pas vraiment rassuré au début du match, battu au physique sur une dangereuse action d’Ocampos (3e). Il a repris du poil de la bête. Bien aidé par Mendes, il a trouvé ses repères au milieu, mais s’est montré encore fébrile sur quelques phases défensives (surtout à la 65e, où son intervention manquée aurait pu coûter le but du KO). Il aurait pu sauver Lille à la fin, mais sa tête était miraculeusement sauvée par Gustavo (90e+3) sur sa ligne. Match moyen, mais plus rassurant que lorsqu’il jouait latéral gauche...

- Mendes (7) : bien plus rassurant que son compatriote Maia, il a plutôt bien dirigé le jeu vers l’avant (29e, 42e) et même tenté sa chance de loin (25e). Une seconde période de haut standing. Positionné plus haut, il n’a pas traîné avec le ballon, trouvant ses partenaires offensifs avec facilité. Il s’est même offert un raid solitaire dans la surface marseillaise (75e), humiliant au passage Patrice Évra. Excellent aussi dans son travail défensif. Averti en fin de match pour un geste dangereux sur Germain (84e).

- El Ghazi (5,5) : il fera des cauchemars sur Mandanda. Ses trois frappes en première période ont toutes été stoppées par le gardien marseillais (23e, 27e, 45e). L’ancien de l’Ajax a tenté de mener la révolte lilloise, apportant beaucoup de vie à son jeu... tout ça en vain. Visiblement émoussé par ses efforts de la première période, il a disparu dans la seconde.

- Benzia (4) : beaucoup d’envie en première période, mais trop d’approximations dans ses contrôles et passes. Il a mal utilisé les mètres carrés du terrain, s’enfermant souvent dans des no man’s land. De la combativité en seconde période, mais encore, ce n’est pas suffisant. Remplacé par Bissouma (77e), qui n’a rien apporté.

- Araujo (4,5) : il a plutôt bien négocié ses ballons en première période, déstabilisant le bloc marseillais à quelques reprises avec des passes dangereuses. Mais on peut lui reprocher un jeu trop engoncé, il n’a pas assez percuté et aurait dû sûrement jouer plus haut. Bielsa a décidé de le remplacer à la pause par Bahlouli (46e - note 5). L’ancien Monégasque a tout de suite mis le feu sur son côté droit, obtenant des corners tirés par lui-même. Mais après cette entame en mode diesel, il a perdu toute influence sur le jeu, car bien cadenassé par les défenseurs de l’OM (surtout Évra).

- Pépé (3) : onzième journée de Ligue 1... et toujours aucun but inscrit. Symbole du désastre lillois, l’international ivoirien n’offre (presque) rien à la pointe de l’attaque. Beaucoup de mauvais choix (19e, 48e, 69e), même s’il faut noter un bon décalage pour El Ghazi qui aurait pu égaliser (25e), et une frappe puissante, mais trop centrale (30e). Une seconde période à oublier. Tout comme son match et ses trois derniers mois...

OM :

- Mandanda (7,5) : voir ci-dessus.

- Sakai (4,5) : après un bon début de rencontre où il tient bien son poste avec un excellent engagement et une bonne couverture, l’international japonais a eu beaucoup de mal à défendre face à El Ghazi notamment. Il s’est souvent retrouvé en infériorité numérique dans son couloir avec les apports de Ballo-Touré et de Thiago Mendes. Souvent pressé, il s’est précipité et trop rendu le cuir à l’adversaire.

- Rami (6) : il est de mieux en mieux dans sa nouvelle équipe. Puissant, il prend aussi ses responsabilités avec plusieurs montées balle au pied pour faire le surnombre au milieu. Derrière, il a globalement tenu la baraque où il a réussi à imposer son physique même si la vitesse des attaquants lillois l’a parfois gêné. Solide dans les airs et dans les duels. Averti (50e), il n’est pas loin de marquer contre son camp.

- Rolando (5) : plus discret que Rami et surtout plus en difficulté face aux attaquants lillois, il a défendu dans sa surface ce qui a exposé son gardien. Pas toujours impérial dans les duels, il a été pris de vitesse et a été aussi handicapé par la mauvaise prestation d’Evra puisqu’il a dû quitter sa zone à quelques reprises pour venir l’aider. On l’a senti plus à l’aise en seconde période.

- Evra (3) : il retrouvait le onze de départ (et le brassard) pour la première fois depuis la déroute face à Rennes il y a un mois. Averti pour une grosse faute sur Thiago Maia (10e), il frôle l’expulsion après un nouvel accrochage sur Pépé (32e). Rarement mobile, il a encore laissé passer ses adversaires dans le couloir et a semblé en panique dès le ballon lui arrivait dans les pieds. Encore une très mauvaise prestation de sa part même si ce fut (un peu) moins pire en seconde période. Remplacé par le jeune Kamara (79e), qui disputait ses premières minutes en Ligue 1. Sur son second ballon, il a failli commettre une erreur irréparable (81e).

- Zambo (5) : il a eu beaucoup plus de mal que la semaine dernière. Souvent en retard dans ses interventions, il a surtout couru après ses adversaires et a commis pas mal de fautes. Pas assez précis dans ses transmissions (25e, 37e, 51e), il a encore perdu des ballons. Son positionnement a posé question car il a laissé trop d’espaces aux milieux de terrain lillois ce qui leur a permis de frapper de loin.

- Luiz Gustavo (6,5) : excellent face au PSG, le métronome brésilien montrait de bons signes en début de rencontre mais il a vite sombré. Après avoir bien couvert les montées de ses coéquipiers, se muant parfois même en troisième défenseur central (12e), il a clairement baissé le pied. Averti (44e), il a été dominé physiquement et offert pas mal d’espaces aux Lillois. A sa décharge, il a dû passer au Brésil dans la semaine pour raisons familiales. L’un des rares au point techniquement à l’image de cette belle frappe cadrée (90e+1). Il sauve également son camp sur cette tête de Thiago Maia en repoussant sur sa ligne (90e+3).

- Thauvin (5,5) : lui qui retrouvait son ancien club (sic), il s’est montré décisif dès le début de rencontre. Après avoir obtenu la faute, c’est lui qui dépose le coup-franc dans les pieds de Sanson (6e). La suite de la rencontre fut bien plus laborieuse où il a passé son temps à défendre aux côtés de Sakai, comme face au PSG en somme. Il a bien sûr eu quelques éclairs pour lancer un contre (49e) et a fait souffrir Ballo-Touré mais c’est trop peu.

- Sanson (6) : il a pleinement profité de l’absence de Payet et de la confiance de Garcia. Buteur dès le début de rencontre (6e), il met son équipe dans de très bonnes dispositions. Aligné derrière Mitroglou, il a eu du mal à trouver le Grec et a aligné quelques erreurs techniques au milieu, offrant des ballons aux adversaires. Il a eu du mal à répondre à l’engagement des Lillois mais l’entrée de Germain lui a fait du bien avec un point de mire plus mobile (63e). Remplacé par Abdennour (90e) qui contre bien cette frappe de Ponce (90e+2).

- Ocampos (3,5) : en jambes en début de rencontre, il a, comme face au PSG, montré toute sa hargne et affiché une grosse débauche d’énergie. Présent dans l’engagement, l’Argentin a eu bien de mal une fois le ballon dans les pieds. Il a connu un déchet technique incroyable et n’a jamais pu peser sur la rencontre. Comme Thauvin, on l’a surtout vu défendre malgré une ou deux actions individuelles.

- Mitroglou (3) : de nouveau titulaire en pointe, il a encore eu beaucoup de mal. Il n’a pas su offrir de point de fixation à ses coéquipiers et a été tout le temps été battu dans les airs. Il a touché très peu de ballons et n’a jamais eu une occasion de but sous la dent. Un match encore bien compliqué. Remplacé par Germain (53e) qui a offert beaucoup plus de mobilité. L’entrée de l’ancien Monégasque a fait du bien mais il a raté une grosse occasion face au but (65e).

 

Publié le : 29/10/2017 - 23 h 15 - Dernière modification : 30/10/2017 - 00 h 59

  • La Rédaction FM

Commentaires

AGENDA DE LA SEMAINE AU FC AMOLLOIS